Communiste jusqu’au dernier souffle

J’arrive au Peace Hotel, vieil hôtel sur le bound, à Shangaï. L’atmosphère y est assez agréable. J’ai avec moi mon Selmer Mark VI de 1954 et je me présente en anglais auprès du sextet de jazz du Peace hôtel. Les gars me regardent étonné (j’suis pas un habitué…), ils ont en moyenne soixante dix ans, et ils m’invitent généreusement à faire le « bœuf ».

Je les laisse jouer et me rends compte que chaque soliste chacun leur tour reprend en boucle le thème. Je fais donc une « légère impro » qui semble les « heurter » et me calme aussitôt. J’aurai le fin mot à la fin du set : le parti communiste leur avait interdit d’improviser : trop subversif !. Ce qui m’a aussi frappé c’est la piètre qualité de leurs instruments (chinois et russe), sans parler des anches.

Publicités

~ par Thelonious Avogaddro sur 16 février 2009.

2 Réponses to “Communiste jusqu’au dernier souffle”

  1. J’ai eu le privilège de rencontrer Thel Avogaddro bien avant que le grand public s’en empare, et je dois dire que j’attends maintenant avec impatience chacune de ses nouvelles chroniques… Amatrice de polars, étude de meoeurs et thrillers américains, c’est un régal de découvrir toutes ces anecdotes qui, l’air de rien, en disent long sur notre comédie humaine… Bravo Thel, continue à nous intéresser et nous surprendre !… Une fan.

  2. Ah! le Peace Hotel!!! Fabuleux!! Tu oublies de dire qu’ils jouent tous avec des partitions et… des grosses lunettes!

    Bravo pour ce blog!!! Génial

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :