Prendre l’avion

L’ambiance des aéroports m’est familière.

Je repensais à l’exotisme de nos voyages -privilège de mon enfance- s’enchaînant comme les claquements feutrés des tableaux des départs : Tokyo, Sydney, Rio. C’était si rare pour l’époque que le cinéma était truffé de scènes d’atterrissage et de décollage de Dakota, de Constellation et de vieux Boeing.

Publicités

~ par Thelonious Avogaddro sur 3 mars 2009.

Une Réponse to “Prendre l’avion”

  1. Je trouve que c’est encore le cas dans une moindre mesure. Il est rare qu’un réalisateur ne soit pas touché par la beauté d’un atterrissage ou d’un décollage. Ce sont des plans très récurrents quel que soit le genre de film. L’émerveillement s’est probablement effrité un peu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :