Rollins fait le pont

Le Williamsburg bridge résonne encore du rythme syncopé de Sonny Rollins lors de sa retraite quasi monacale de cinquante neuf : au sommet de sa gloire les clapets de son saxo s’étaient agités frénétiquement pendant plus de deux ans à l’abri de la voute d’acier avec pour seuls public les fantômes métalliques. La légende raconte que lorsqu’il entendait une sirène de navire, il composait à partir de cette note.

Publicités

~ par Thelonious Avogaddro sur 3 mars 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :