Un con qui marche va plus loin que dix intellectuels assis

L’essentiel est d’être en mouvement, constamment. Pour capter in fine la bonne énergie et les vibrations mettant sur les rails des voies d’investigations.

C’est mon interprétation de « l’effet papillon » issu de la théorie du chaos d’un Lorenz répondant au déterminisme de son époque par cette formule devenue célèbre : « si un seul battement d’aile d’un papillon peut avoir pour effet le déclenchement d’une tornade, alors, il en va ainsi de tous les battements précédents, comme ceux de millions d’autres papillons ». C’est de fait la reconnaissance de l’action individuelle, même infime ou si on veut l’illustration du refus de l’inéluctable.

Publicités

~ par Thelonious Avogaddro sur 3 mars 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :