Manque de Peau !

Louis Malle réalise en 1957 « Ascenseur pour l’échafaud » avec les épatants Jeanne Moreau et Maurice Ronet. Juliette Greco (ah Miles…) présente son amant du moment au réalisateur. Miles Davis et Malle sympathise au point que ce dernier lui confie la conception de la bande musicale de son film. Miles improvise alors en studio en direct en regardant les images défiler. Il souffle alors tellement fort qu’un bout de peau de sa lèvre se détache et se bloque dans l’embouchure de sa trompette, donnant un son « métallique » unique sur la plage « Diner au Motel ». La légende raconte que la bande musicale fut expédiée en trois heures en quelques prises seulement. Jeanne moreau avait improvisé un bar et s’était transformée en « barmaid ». A écouter absolument tout comme le souffle grave du sax ténor de Barney Wilen, le Piano de René Urtregger, Pierre Michelot à la contrebasse et Kenny Clarke aux drums.

« …j’étais un cinglé de jazz…la musique d’Ascenseur est unique. C’est l’une des rares musiques de film qui ait été entièrement improvisées… Je passais les séquences sur lesquelles on voulait mettre de la musique, et il commençait à répéter avec ses musiciens …le film en était métamorphosé… quand on a ajouté la musique, il a soudain décollé. » – Louis Malle

Publicités

~ par Thelonious Avogaddro sur 4 mars 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :