Les médias en parlent

VM

29 novembre 2009

La révélation Costantini
Premier roman et essai reussi pour Christophe Costantini. En effet, quel meilleur encouragement que ce prix du premier roman decroché, d’un chouïa, au dernier festival de Beaune? « Le président du jury etait Jean-Christophe Grangé« , ajoute l’auteur, pas peu fier quand il voyage en train de voir des passagers plongés dans la lecture de « La note noire », parue dans la prestigieuse collection du Masque.

Ce polar nous emmene sur Jes traces de son héros, un Américain de 53 ans, qui enquête entre les Etats-Unis et la France. « Mon héros adore la bouffe, les femmes mais a un coté sombre. Il a perdu une soeur et son fils« , raconte l’auteur parisien d’origine corse.

L’homme, bientôt quinquagenaire, est un boulimique. Il partage son temps entre son métier de chef d’entreprise, sa passion pour le jazz et son goût pour l’écriture. « La note noire » a mis un an et demi à résonner en lui. Le suivant, déjà écrit, ne lui a pris que six mois. Il a pour toile de fond le milieu de la drogue. Son sens du détail le pousse même à rencontrer des spécialistes. « Pour le nourrir, j’ai harcelé des pOliciers pour qu’ils me racontent comment ça se passe« , révèle-t-il.

C.C.

Lire ici >>

************************************************************************************************************************************

TéléMatin; mardi 06 octobre 2009

Les libraires aiment; Les coups de cœur d’Alain Schmidt

************************************************************************************************************************************

La semaine de mercredi 19 au mardi 25 août

Actu Interview – Rencontre avec Costantini, auteur de « La Note Noire », un polar entre New York et Nice, pix du premier roman du Festival du Film policier de Beaune.  Philippe Dejardin

Lire l’article >>

************************************************************************************************************************************

Septembre 2009

Le Jardin Secret de…

LE POLAR BIEN NOTE

Le directeur associé d’Athem a trouvé le bon temps pour son premier roman policier, primé.

Lire tout l’article >>

************************************************************************************************************************************

Corsica Sera 19/20Fr3Corse

Jeudi 27 Août

Entretien de l’auteur sur l’emission France 3 Corse du 27 août 2009 ( 13e minute).

Cliquez ici >>

************************************************************************************************************************************

La note noire  de Costantini

Souvenirs, souvenirs

[ 27/07/09  ] Lire l’article sur lesechos.fr >>

La vérité est là, étonnante, page 117 :« Ses pieds raisonnèrent sur le dallage. » Une faute de relecture, et Costantini, jazzman, ingénieur et écrivain, vient de donner à son héros, Thel (abréviation de Thelonious, en hommage à Monk, pianiste génial) un compère, Alex, qui a le cerveau dans les chaussettes. Trêve de plaisanterie : « La Note noire », récemment couronné du prix du premier roman par le Festival de Beaune, est loin d’être négligeable. Car même s’il se déroule de nos jours, tout, dans son atmosphère, rappelle les grands polars noirs américains des années 1940-1950.

Mais attention : ce n’est ni une parodie, ni un pastiche, ni une pâle copie. Visiblement imprégné de cette littérature, Costantini lui rend hommage avec un vrai talent. Un cadavre dans une rue de New York, celui d’un homme égorgé, un drapeau étoilé peint sur le front, un autre à Washington, avec, cette fois, un drapeau anglais : trouver les assassins et le motif de ces meurtres, voilà la tâche qui attend Thel, flic perspicace emmêlé dans une drôle d’affaire que les ricochets du 11 Septembre font immédiatement relier au terrorisme. La vérité sera moins spectaculaire et bien plus dure.

Seul bémol à cette balade dont les couleurs nocturnes ont quelque chose d’envoûtant : un dénouement difficile à avaler, malgré son habileté, dans la lignée des thrillers à la mode qui se complaisent dans l’horreur. Mais, répétons-le, il s’agit, ici, d’un début, et les qualités de Costantini sont suffisamment évidentes pour qu’on attende un second essai.

M. P., Les Echos

************************************************************************************************************************************

Les Buveurs de Mots – 21 juillet 2009

La note noire, Costantini

Du noir du noir en guise de lecture de vacances : dans ce roman, tous les ingrédients du polar façon roman de gare (c’est un compliment !) sont réunis : des chapitres courts, un narrateur flic désabusé aux formules fleuries et lapidaires, des rebondissements, un rythme qui va s’accélérant, et de la surprise quant à l’identité du meurtrier à la fin ! Juste un reproche : le jazz et l’arrière-plan politique me semblent juste des prétextes pour faire « couleur locale ».
Stéphanie R.

L’article sur buveurs de mots >>

************************************************************************************************************************************

23 juillet 2009

La Note noire : Un polar très jazzy aux couleurs niçoises…

Philippe Dejardin

Dans son premier roman « La Note noire » qui a remporté le prestigieux « Prix du premier roman » du non moins renommé Festival du film policier de Beaune, Christophe Bourgois-Costantini n’a pas oublié Nice, la ville de son enfance, ni le jazz, sa passion.

Pour la première fois depuis 25 ans, le Festival du film policier a quitté Cognac pour émigrer dans une autre région viticole, la jpg_DSCN7848SBourgogne et la ville de Beaune. Comme à chaque édition, un jury de spécialistes a décerné le « Prix du premier roman ». Dans cette catégorie ont été récompensés des auteurs comme Fred Vargas (86), Paul Halter (87) ou bien Andrea H.Japp (90) et cette année le jury était présidé par Jean-Christophe Grangé.

C’est ce maître incontesté du thriller, dont les romans ont été traduits dans plus de 30 pays et la plupart adaptés avec succès au cinéma, dont « Les Rivières pourpres », qui a remis le Prix à Christophe Costantini, chef d’entreprise atypique depuis vingt ans à Paris mais resté un passionné de jazz, « trame sonore » de son premier polar qui nous fait voyager des USA à Nice, la ville de son enfance et son fameux festival de jazz.

Premier roman et un prix prestigieux qui a déjà sonné le départ d’une carrière d’écrivain pour les noms cités plus haut, eux aussi présentés par les éditions du Masque. Un logo que tous les amateurs de polar et notamment de « poche » connaissent bien depuis des générations. Mais qui se cache derrière Costantini, le nom de l’auteur de ce premier polar « La note noire », récompensé en avril dernier ?

Lire tout l’article >>

************************************************************************************************************************************

JT, France 3, Côte d’Azur 19/20

21 juillet 2009CBC-FR3-21juillet

Interview de Christophe Bourgois Costantini sur la note noire.

Voir la video >>

************************************************************************************************************************************

« La note noire » signée sobrement Costantini, a reçu le Prix du premier roman policier du Festival de Beaune 2009, prix qui a du flair et qui a su détecter des auteurs qui ont depuis fait leurs preuves telle Fred Vargas.

Même s’il indique qu’il n’a pas voulu révolutionner le genre et qualifie son premier opus de « divertissement », l’auteur, de son vrai nom Christophe Bourgois-Costantini, chef d’entreprise, globe trotter et saxophoniste passionné de jazz, qui est également cuisinier à ses heures perdues, a su doser les ingrédients traditionnels pour concocter une recette bigarrée aux saveurs multiples qui laisse entier au lecteur le plaisir de découvrir l’inattendue « note finale ».

Lire tout l’article >>

************************************************************************************************************************************

30 juin 2009,

No. 1661

Les 30 P0lars de l’été

LA NOTE NOIRE

Un flic prénommé Thelonious – oui, comme Monk, le jazzman – enquête sur un drôle de cadavre, dont le front est orné d’une bannière étoilée. Alcools forts, jazz, fausses pistes et trahison… Lire l’article >>

************************************************************************************************************************************

Nice Littoral, dimanche 14 juin 2009

Bon anniversaire, CBC!

Christophe Bourgois-Constantini n’est pas seulement l’auteur d’un premier polar, La note noire, tout just paru aux Editions du Masque. C’est aussi un musicien de jazz qui joue du saxo pendant le festival du livre… Lire la suite >>

************************************************************************************************************************************

Publié le 11/06/2009 – Modifié le 12/06/2009 N°1917

Poche.

Un polar sans faute note

« La clé de ce job était un mélange de psychologie, d’imagination et d’association d’idées. » A 50 ans passés, Thelonious (dit « Thel ») connaît son métier. Flic new-yorkais, quand son jeune coéquipier lui annonce qu’ils ont gagné « le cadavre le plus trash de l’année », il ne sait pas à quel point ses talents vont lui être nécessaires. De la piste terroriste à celle du serial killer , d’un bout à l’autre des Etats-Unis et jusqu’en France, Thel n’est pas près de deviner qui se cache derrière l’égorgeur qui joue au Picasso avec le sang de ses victimes, leur dessinant un drapeau sur le front.

Lire la suite >>

Version papier du 11 juin >>

************************************************************************************************************************************

Jazzman, Juin 2009

« Thelonious Enquête »

Un détective new-yorkais qui se rend en pèlerinage chaque année au festival de jazz de Nice, pas si courant. Thelonious, ainsi que ses parents ont eu le bon goût de le prénommer, se requinque entre deux nuits blanches à l’écoute de Let’s Get Lost ou du « Somethin’ Else » de Cannonball ou fait un dernier saut au bar du Blue Note avant de se coucher…
Lire tout l’article >>

************************************************************************************************************************************

ROMAN POLICIER – 4 juin 2009

Le blues de l’inspecteur

Chef d’entreprise et globe-trotter, Christophe Bourgois-Costantini s’est lancé avec succès dans l’écriture. Son polar La note noire vient de recevoir le Prix du roman policier, récompense qui avait lancé les carrières de Fred Vargas ou Andrea H. Japp. Son intrigue haletante sur fond de jazz débute avec un crime pour le moins étrange : un jeune homme est retrouvé égorgé, un drapeau des Etats-Unis peint sur le front. Le FBI penche pour la piste islamiste, mais l’enquêteur Thel se sent intimement lié à cette affaire… Costantini s’appuie sur les standards du roman noir américain et leur apporte, en grand admirateur des jazzmen, des improvisations bien contemporaines. La note noire Costantini, Le masque, 6 €.

Tout lire – page 12 >>

************************************************************************************************************************************

No 1288, du 1er au 7 juin 2009

Livres – Cette semaine la rédaction…

…a frissonné avec « La note noire », de Christophe Bourgois-Costantini. Ce polar se lit en trois heures chrono. Il commence sous une véranda a trois cents miles au nord de San Francisco. Et se termine face à l’océan devant linceul bleu nuit d’un ciel étoilé. Tout lire >>

************************************************************************************************************************************

Femmes juin 2009

Polars

Ce polar français a obtenu le prix du premier roman policier du Festival de Beaune. Rondement mené, il le mérite. Le héros, bercé par le jazz, est un flic new-yorkais nommé Thelonius (comme Monk) Coleman (comme Hawkins) Avogaddro. Tout lire >>

************************************************************************************************************************************

Books

Lundi 4 mai 2009

Un nouveau venu dans le monde du polar. Costantini est un nom à retenir…
Son roman ‘La note noire’a en effet remporté récemment le prix du premier roman policier. Ce même prix qui a permis notamment à Fred Vargas, Paul Halter ou Andrea H. Japp de débuter de brillantes carrières littéraires. Tout lire >>

************************************************************************************************************************************

Policier. La note noire. 3 mai 2009
Thel, enquêteur de la police de New York, commence à réunir des indices sur le meurtre d’un jeune homme retrouvé égorgé avec un drapeau américain peint sur le front, quand sa hiérarchie lui ordonne de laisser tomber: CIA et FBI sont persuadés que l’homicide a un rapport avec un réseau islamiste préparant un attentat de grande envergure. Lire l’article >> ou ici >>

************************************************************************************************************************************

Médiathèque

Selection Livres France Culture — 4ème de couverture

En savoir plus >>

************************************************************************************************************************************

No.1544;  7 mai 2009

buzz …dévoré

La Note noire, un ploar haletant sur fond de jazz signé Christophe Costantini , associé de l’agence Athem. Publié aux éditions du Masque, ce livre a recu le Prix du premier roman du Festival du film policier de Beaune. Une balade sur le site (www.lanotenoire.com) est aussi recommandée.   En savoir plus >

************************************************************************************************************************************

Le Petit Bastiais

Christophe  Bourgois Costantini
Le Carpe Diem d’un Corse « sempre in vogulà »

Prix du premier roman policier du Festival de Beaune qui s’est déroulé du 1er au 5 avril derniers, « la note noire » est le premier ouvrage de Christophe Bourgois Costantini. Originaire de Ghisoni, chef d’entreprise eet globe trotter, l’homme se caractérise avant tout par sa simplicité et son pragmatisme. Passionné de jazz, de littérature américaine, de cinéma et d’histoire, il évoque avec justesse dans son premier roman, toutes les choses qui l’ont marqué. Rencontre…

Polar. Ayant vécu son enfance entre un aéroport et un autre (et encore aujourd’hui) avec un père constructeur d’aéroport et un grand père Gouverneur de Madagascar, Christophe Bourgois-Costantini est un formidable rêveur, un passionné des airs, la tête dans les nuages peut être mais aussi les pieds sur terre, à travers un brillant et original parcours professionnel (cofondateur de l’agence de communication grand format ATHEM).

Et la Corse dans tout ça : « La Corse, c’est ma maison de famille, un point d’ancrage. Le jour où j’ai créé une famille, mes racines insulaires à Ghisoni, ont prises un véritable sens. » Pour ce premier roman, « La note noir », édité aux célèbres éditions du Masque, l’auteur indique : « L’écriture, c’est un complexe. Dès le départ, je suis à 14 ans, dans le polar, les BD, la musique. Elément déclencheur, mon père très présent , qui a 86 ans aujourd’hui, avait promis d’écrire ses mémoires et il ne l’a jamais fait.

J’avais pris le temps de l’écouter et de l’enregistrer mais je n’ai pas le talent, ni la distance nécessaire pour les écrire à sa place… « L’idée du titre « La note noire » ? « Je fais souvent référence à des gens malheureux ou qui ne veulent pas sortir de leurs malheurs. Je crois beaucoup à l’âme qui se transmet de génération en génération. Il y a souvent une note qui empêche d’avoir du bonheur. Le héros du livre est confronté à cela… » Noire également pour tête de maure et pour jazz : « je crois beaucoup aux énergies, la vie ce n’est pas facile, mais c’est fantastique… » Musicien de jazz à ses heures « gagnées », fan de Miles Davis, Coltrane, passionné par l’écriture de Mc Bain, Chester Himes ou encore Dashiell Hammett, par le cinéma de Mankievicz, Walsh, Curtiz, Hitchcock, Scorsese, Coppola, Eastwood, son polar est l’image de tout ce qui l’a façonné, la Corse, également, tient un rôle important dans l’ouvrage. Avec ce roman, Christophe Bourgois-Costantini a souhaité avant tout apporter, avec modestie, du divertissement au lecteur : « J’ai écrit un polar destiné à une lecture tranquille, je n’ai pas révolutionné le genre, c’est un divertissement. » Un divertissement qui a séduit considérablement le jury d’experts du Festival de Beaune (qui succède à celui de Cognac) présidé par un maître
en la matière, l’auteur des Rivières Pourpres, Jean-Christophe Grangé. Quelle a été la partie la plus difficile du roman ? « Incontestablement, pour écrire un polar, le plus dur maintenant est de se montrer plus créatif que la médecine scientifique qui a fait des progrès énormes. J’ai essayé autant que possible de me rapprocher de la réalité… »

Le temps d’une rencontre entre deux avions, (encore un aéroport décidément) Christophe Bourgois-Costantini nous fait partager durablement ses désirs d’évasion, à l’instar de son  roman, surprenant à souhait…

Yannick CAMPO

************************************************************************************************************************************

23 avril 2009

Le JT du France 3 – Edition Nice

Cliquez ici >>

************************************************************************************************************************************

22 au 29 avril 2009

VSD: Livres

COUP DE MAITRE

Après les laureats du prix VSD, Costantini apport du sang neuf avec ce premier polar. En savoir plus >>

************************************************************************************************************************************

lundi 13 avril

Open jazz – par Alex Dutilh

du lundi au vendredi de 19h30 à 20h

@ La note noire : Le polar de Costantini.

En savoir plus >>

************************************************************************************************************************************

Vendredi 10 avril 2009

Costantini : La note noire

Dans le cadre du Festival du film policier de Beaune (début avril 2009), le Prix du premier roman a été attribué à « La note noire », un polar sur fond de jazz, bel hommage aux films noirs et à la littérature américaine, signé Costantini. Voici la présentation de cette intrigue. Lire la suite >>

************************************************************************************************************************************

TSF NEWSLETTER

vendredi 10 avril 2009

La note noire ou la renaissance du polar jazz…
Il a été récemment primé au festival du polar à Beaune dans la catégorie « premier roman« … Christophe Bourgois-Costantini vient de publier aux éditions du Masque « La note noire », un polar dont le héros, un policier new-yorkais désabusé, se prénomme Thélonius… Son enquête le conduira également à Los Angeles et Nice, avec en toile de fond le célèbre festival de jazz de la Baie des Anges…

En savoir plus >>

************************************************************************************************************************************

mardi 7 avril 2009

LE POLAR ZOULOU

[…] Par ailleurs, le prix du premier roman du festival de Beaune a été remis à Christophe Bourgois-Costantini – chef d’entreprise – pour « La Note noire » (Le Masque).

Lire l’article >

************************************************************************************************************************************

lundi 6 avril 2009

« La note noire » de Christophe Costantini primée au festival du film policier de Beaune

Le festival du film policier qui a choisi pour son édition 2009 de quitter Cognac pour Beaune, a pour habitude de récompenser un auteur nouveau dans le domaine inhérent du roman policer. Et cette année, ce prix du premier roman policier va être attribué à Christophe Bourgois-Costantini, originaire de Ghisoni, pour son ouvrage « La note noire » paru aux éditions du Masque qui soulignons-le est la première collection policière française. Ce prix lui sera remis très officiellement ce 2 avril, au cœur d’un rendez vous annuel qui tient l’affiche jusqu’à la fin de la semaine.cbg-cm
Nous avons rencontré l’auteur de ce premier essai, encore sous l’émotion de la récompense annoncée. Un « winner » qui garde les pieds sur terre, bien qu’entre deux avions. L’aéroport de Bastia-Poretta nous ayant servi de toile de fond pour notre entretien aux allures d’interrogatoire, que le regard bleuté de l’auteur et sa conception de la vie – au sens affectif du terme – a teinté de poésie. Bien loin, très loin même des ambiances obscures et confuses de son polar. Christophe Costantini clame ses racines corses, l’amour avec un grand A de la famille, la passion mise à l’ouvrage dans sa vie professionnelle de directeur associé d’Athem, une agence parisienne spécialisée dans la communication grand format et dont les créations ont attisé notre intérêt. Mais là n’est pas le propos. Avec le lauréat 2009 du prix du premier roman policier, on s’égare facilement. Emportés d’un coup d’un seul par des notes de jazz, affleurées de son saxophone. Une autre facette du personnage qui confie son admiration pour Miles Davis alors qu’un avion atterrit, juste au dessus de son épaule. Un autrcbg-cme s’envole. L’heure tourne. Le discours devient plus fluide … et plus intime. Jusqu’à cibler la question essentielle, et percer l’énigme de cette énergie en mouvement : qu’est ce qui fait écrire Costantini ? On touche alors le coeur de l’action : « On dit que dans un premier roman il y a toujours une part auto biographique. Cette juxtaposition est assez réaliste. La trame de ce polar est dictée par tout ce qui suscite chez moi de l’engouement. La ville de New york, celle de Nice et le festival de Jazz, l’avion qui survole le Monte Renosu. Les personnages aussi. De Thelonius Coleman à Dominici. Ces noms là ont une consonance qui ne doit rien au hasard. Le fil conducteur rejoint quant à lui un très vieux penchant pour les polars et la BD. Je n’imaginais pas écrire dans un autre genre, avant même envisager d’écrire».
De trait d’union en partition « La note noire » dévoile son suspense sur fond d’austérité et de rigueur, d’obscurité et d’impureté. Le noir n’est-il pas l’antithèse du blanc ? La note noire ne résonne t-elle pas comme un silence, un soupir. Costantini acquiesce : « C’est une complainte venue du fond des âmes. Une énergie négative prise à contre-pied. Mais c’est aussi le jazz noir, insoumis… la tête de maure, digne».
Noir… comme le roman policier de Costantini qui garde la tête dans les nuages au dessus des « pozzi » de sa montagne de Ghisoni. Celui là même qui trouve que la vie est géniale, qui écrit sans tricherie, parle de choses vraies et avoue que les seuls héros de sa vie sont ses quatre enfants, Joséphine, Oscar, César et Achille.

En savoir plus >

************************************************************************************************************************************

04-2009

Ce chef d’entreprise atypique, saxophoniste et cuisinier à ses heures, décroche le prix du premier roman policier du Festival de Beaune avec son roman « La note noire ».

************************************************************************************************************************************

dimanche 5 avril 2009

Mesrine et la Note noire


Hier, deux ouvrages étaient dédicacés par leurs auteurs respectifs à la librairie beaunoise La Renaissance. […]

L’après-midi, le lauréat du Prix du 1er roman du festival, Christophe Costantini, était installé devant la librairie pour une séance de dédicaces, tout en jouant quelques airs de saxophone, étant un grand amateur de jazz. Son livre, la Note noire (éditions du Masque) est un thriller au ton décalé dans lequel deux enquêtes se croisent et transportent le lecteur des Etats-Unis à Nice.

En savoir plus >

************************************************************************************************************************************

Festival du film policier à Beaune sur le JT – Edition du Vendredi 3 Avril 2009

Cliquez ici >

************************************************************************************************************************************

vendredi 3 avril 2009

Depuis l’origine du festival du film policier, en 1983, est attribué le prix du Premier roman policier. L’auteur se voit dès lors publier aux éditions du Masque, première collection policière française. Ce prix a notamment permis de révéler une certaine Fred Vargas, ou encore Paul Halter. Tous les espoirs sont dès lors permis pour le lauréat de cette année : Costantini (Christophe Bourgois-Costantini), auteur de La note noire.

En savoir plus >

************************************************************************************************************************************

jeudi 26 mars 2009

à l’occasion du festival du film policier de Beaune
, Le flag de Thélonius Coleman

Le Festival du film policier se tient à Beaune du 1er au 5 avril prochain. A cette occasion, petit tour par les romans du même nom.
UN flic américain, un ami français, trois femmes et quelques morts suspectes. Le FBI, le jazz et la paranoïa autour de la thèse d’un complot islamiste. Trois morts égorgés et un psychologue accusé… Le roman de Costantini sera à l’honneur du festival du film policier de Beaune. Celui-ci, qui faisait les beaux jours de Cognac depuis 25 ans s’installe cette à Beaune du 1er au 5 avril. C’est l’occasion pour un lecteur attentif de s’intéresser aux différentes tendances de livre dit policier, qui souvent inspire les scénarios… En savoir plus >

************************************************************************************************************************************

Le festival international du Film Policier 2009

PRIX DU PREMIER ROMAN POLICIER

Depuis 1983, le Festival du Film Policier attribue le Prix du Premier Roman Policier, destiné à révéler un nouvel auteur dans ce domaine. Ce prix, publié aux Éditions du Masque – première collection policière française – a permis notamment à Fred Vargas, Paul Halter ou Andrea H. Japp de débuter de brillantes carrières littéraires. Cette année, un jury composé de Hélène Bihèry, Thomas Chabrol, Sylvie Granotier, Claire Kheitmi et Éric Kristy, sous la présidence de Jean-Christophe Grangé, a décerné le Prix du Premier Roman Policier à Costantini pour son roman «La Note Noire». Le prix sera remis sur scène jeudi 2 avril 2009.

L’AUTEUR
Christophe Bourgois-Costantini est né le 14 juin 1960. Après une enfance africaine, il co-développe l’agence Athem dont il est un associé actif. Marié à une chanteuse lyrique, père de quatre enfants, passionné de littérature noire américaine, il est saxophoniste de jazz et cuisinier à ses heures perdues.

La Note Noire

LE LIVRE
Thel, un policier new-yorkais désabusé, est confronté à un crime étrange : un jeune homme a été retrouvé égorgé, le drapeau des États-Unis dessiné sur le front. Le FBI et la CIA, dans le contexte d’angoisse de l’après-11-Septembre, penchent très vite pour la thèse d’un complot islamiste et s’emparent de l’enquête. Quand une autre victime est retrouvée égorgée à Chicago, avec cette fois le drapeau britannique comme signa

ture, Thel, obstiné, décide de poursuivre les recherches de son côté. Elles le conduiront à Nice, Los Angeles et San Francisco. Il ne tardera pas à comprendre qu’il n’est qu’un pion dans le projet machiavélique du meurtrier, qui l’oblige à faire resurgir du passé de douloureux souvenirs.
Relations Presse aux Editions Lattès-Le Masque : Anne BLONDAT 01 44 41 74 09


prix

1238778140_christophe_bourgois_costantini_et_h_l_ne_bih_ry


 
%d blogueurs aiment cette page :